TimePerformance 12 décembre 2018

API Progress Report: modification du format

Le format de la réponse a été modifié pour les rapports d’avancement des projets et des portefeuilles.

Ces modifications sont:

  • les valeurs des indicateurs sont des nombres au lieu de chaînes de caractères de nombres. (ex: 123456 au lieu de “123456”)
  • la structure est arborescente au lieu d’être à plat (cf. attribut « children »)
  • quelques changements de nom d’indicateur

Pour des raisons de rétrocompatibilité, le nouveau format n’est retourné que si on ajoute à la requête le paramètre « legacy=0 ». Par défaut, les API continueront à retourner l’ancien format jusqu’au 31 mars 2019.

La documentation a été mise à jour avec le nouveau format.

Autres améliorations

  • Affichage des montants en k€ ou m€
  • Amélioration des exports Excel des rapports d’avancement: utilisation de nombres au lieu des chaînes de caractères.

TimePerformance 27 novembre 2017

Nouveau: Projets récurrents

Les projets ont un nouvel attribut « type » qui permet de les classer en 3 groupes:

  • les projets client (ou projets standards)
  • les projets internes, identifiables par un internal_marker
  • les projets récurrents, identifiables par un recurring_marker

Les « projets récurrents » permettent de modéliser les activités récurrentes comme des pseudo-projets. L’objectif est de pouvoir suivre les temps passés sur ces activités, gérer les tâches de l’équipe et réserver une partie de la disponibilité.

Exemples d’utilisation ESN / SSII DSI
Projets Client Projets pour les clients (facturables) Projets demandés par les directions Métiers
Projets Internes Projets non facturables, R&D (ex: développement d’une offre) Projets techniques (ex: fusion de 2 Active Directory)
Projets Récurrents Activités récurrentes (réunions internes, veille techno, support utilisateurs, avant-vente…)

Les « projets récurrents » n’ont pas de planning ni de données d’estimation. Le menu de l’interface de gestion de ces projets a donc été simplifié pour ne garder que les pages utiles et utilisables.

Le type de projet est utilisé pour générer un rapport d’activité de service par type de projets (cf. ci-après).

Le « type » de projet remplace l’attribut « spécial » des projets. Les projets concernés ont été typés « projets internes ».

Amélioration du rapport d’activité de service

rapport_activitéLe nouveau rapport présente la répartition du temps passé par type de projets. Le % des projets client ou le % de projets récurrents sont des KPI utiles de pilotage de l’activité.

Le rapport contient aussi l’histogramme des temps passés par projet par ordre décroissant (précédemment présentés sous-forme de camembert).

Ergonomie: passage en plein en écran

Un bouton en bas à droite permet de passer la zone principale en plein écran en masquant les menus en haut et à gauche. Le raccourci pour cette action est Crtl+F11.

TimePerformance 19 octobre 2017

Evolution sur les modes de calcul de l’avancement d’un livrable

2 nouveaux modes de calcul de l’avancement d’un livrable sont disponibles: « % du délai écoulé » et « % de la charge consommée ». Ces nouveaux modes s’ajoutent aux 3 modes existants: « Saisie manuelle », « Reste à faire sur les tâches » et « % de tâches terminées ».

Une nouvelle option au niveau du projet permet de définir le mode d’avancement par défaut pour les nouveaux livrables.

Pour les livrables avec des sous-livrables, le calcul de l’avancement est désormais obligatoirement la somme pondérée des avancements des sous-livrables. Ce changement peut générer, pour les livrables avec des sous-livrables, un écart entre les avancements calculés avant et après la mise à jour.

Évolution du diagramme de la vélocité

La présentation du diagramme de la vélocité, issu de la méthode agile Scrum, a été simplifiée.

diagramme de la velocité

TimePerformance 31 août 2017

Gestion de ressources: ajout d’indicateurs

Indicateurs gestion de capacité

Gestion de projet: Ajout du diagramme des jalons dans le cockpit

cockpit projet et diagramme des jalons

Diagramme de Gantt: Zoom automatique

L’option de zoom automatique permet d’afficher l’ensemble du Gantt sur toute la largeur de la page en adaptant automatiquement l’échelle de temps à la durée du projet.
gantt zoom automatique

 

Initiation à la Valeur Acquise (Earned Value)

En gestion de projet, la technique standard de suivi de projet s’appelle la Valeur Acquise. Sa principale mission est la mesure des écarts par rapport au plan, et donc la maîtrise du projet. Cette technique fait partie intégrante des référentiels méthodologiques (PMBoK, IPMA…). En anglais, son nom est Earned Value Management (EVM).

Objectif de la Valeur Acquise: Maîtriser les écarts de coût et de délai

Une bonne gestion de projet passe nécessairement par la maîtrise des écarts.

Voyons ensemble comment le diagramme de la Valeur Acquise nous permet de visualiser facilement les écarts.

Valeur Acquise - courbe en S

Capture d’écran de TimePerformance, le logiciel de gestion de projets par la valeur acquise.

Sur ce diagramme, on y trouve 3 courbes.

  • La courbe bleue représente le plan.
  • La courbe verte représente l’avancement réel.
  • La courbe rouge représente le coût réel (hors la partie en pointillés).

Les positions relatives des courbes montrent les écarts de coût et de délai du projet.

La courbe verte est au-dessus de la courbe bleue. Donc l’avancement est supérieur au plan. Le projet est donc en avance (écart de délai).

La courbe rouge est au-dessus de la courbe verte. Donc le coût réel est supérieur à l’avancement réel. Le projet est donc en surcoût (écart de coût).

Remarque: Le diagramme de la valeur acquise est aussi connu sous le nom de Courbe en S pour sa forme caractéristique.

Qu’est-ce que la Valeur Acquise ?

La valeur acquise, c’est la courbe verte, c.-à-d. l’avancement réel du projet. On appelle «valeur acquise» l’avancement réel quand il est valorisé en euros. L’intérêt de valoriser l’avancement en euros est de pouvoir comparer sa valeur par rapport au budget (le plan) et au coût réel.

Le principe de la Valeur Acquise, c’est simplement de donner une valeur en euros à l’avancement réel pour le comparer à un budget et à un coût réel.

A partir des 3 valeurs, valeur acquise, budget à date et le coût réel, la technique de la valeur acquise fournit des formules simples pour calculer des écarts et des indices de performances.

Le + de la Valeur Acquise: la prédiction à terme

Le fait d’avoir calculé les écarts sur le projet permet de faire des prédictions par extrapolation. Dans la technique de la valeur acquise, on s’intéresse à prédire le point d’atterrissage du projet, ce qu’on appelle l’estimé à terme.

Dans le diagramme ci-dessus, la prévision est représentée par la partie en pointillés de la courbe rouge.

La technique de la valeur acquise prédit dans l’exemple que le projet se terminera 3 semaines en avance avec un surcoût de 10%.

Comment calculer la Valeur Acquise ? Comment valoriser un avancement ?

Le principe du calcul est simple: chaque élément du projet a un poids qui correspond à son montant dans le budget. Ainsi, à chaque fois qu’une tâche est terminée ou qu’un livrable est achevé, le montant du budget prévu pour cette tâche ou ce livrable s’ajoute à la valeur acquise du projet.

Malgré sa simplicité – ou plutôt grâce à sa simplicité – cette technique est très efficace et facile à utiliser. Elle fournit des informations essentielles au pilotage.

Le seul réel obstacle à la démocratisation de la valeur acquise est la lourdeur des calculs. Ils sont fastidieux du fait de la volumétrie des données et de la nécessité d’historiser les valeurs. De plus, la prise en compte des changements en cours de projet constitue un réel challenge pour la mise à jour des courbes. Sans outillage suffisant, la mise en œuvre de la valeur acquise devient rapidement un casse-tête pour le chef de projet.

Sur ce dernier point, nous vous invitons à essayer gratuitement notre logiciel de gestion de projets, qui est la solution la plus simple et la plus facile pour bénéficier de la technique de la valeur acquise.

Mise à jour 3.3.2

  • Amélioration du design du tableau des tâches, nouvelles fonctionnalités.

    Les tâches sont plus petites pour en voir plus d’un coup. Par simple clic, on obtient tous les détails sur la tâche. On peut clore, annuler ou supprimer une tâche directement dans le tableau des tâche. Pour mettre en avant les tâches assignées à une personne, il suffit de cliquer sur le nom de la personne. Aides contextuelles…

    Nouveau tableau des tâches

    taskboard

     

  • Accès au burndown et au rapport d’avancement pour les membres du projets

    L’accès est situé au niveau du tableau des tâches.

  • Ajout de nombreux liens pour naviguer plus rapidement entre la feuille de route, le diagramme de gantt, le tableau des tâches, le rapport d’avancement…
  • Clarification sur les calculs et le suivi de l’avancement des objectifs

    Modification du formulaire des objectifs pour clarifier les différentes options de suivi de l’avancement.

    Dans le rapport d’avancement d’une étape, ajout d’une colonne contenant le mode de calcul de l’avancement (manuel, automatique, calculé).

    Suppression d’une règle peu intuitive de calcul de l’avancement  à partir du reste à faire. Si l’objectif est en mode avancement automatique à partir des tâches et qu’il n’y a aucune tâche, alors son avancement sera désormais de 100% (fini puisque pas de tâche) au lieu de 0%.

Suivre l’avancement du Projet

Suivre l’avancement est la mission n°1 du chef de projet pendant la phase d’exécution. Tout le travail de planification ne sert à rien si on ne suit pas l’avancement. L’avancement est au cœur de la gestion de projet.

Ce tutoriel présente comment se gère l’avancement avec TimePerformance.

3 bonnes nouvelles pour les chefs de projet

Tout a été fait dans TimePerformance pour simplifier le travail du chef de projet.

Suivi de l'avancement du Projet

La première bonne nouvelle est que le calcul de l’avancement est totalement automatique pour les niveaux supérieurs du plan projet. Ces niveaux sont le projet, les phases, les étapes et les livrables avec des sous-livrables (cf. structure du plan du projet).

Pour ces éléments, la technique de la valeur acquise définit la bonne façon de calculer l’avancement. Il s’agit d’une somme des avancements pondérés par les budgets. C’est standard et le logiciel fait tout.

La deuxième bonne nouvelle est qu’il n’y a pas besoin de suivre l’avancement des tâches. Dans TP, les tâches sont soit « pas commencées », soit « en cours », soit « terminées ». (toute ressemblance avec une méthode agile bien connue est fortuite 😉 ). C’est la personne qui réalise la tâche qui met à jour son statut.

Les seuls avancements restants à déterminer concernent les livrables. La troisième bonne nouvelle est que ce travail de suivi de l’avancement des livrables demande moins de 5 minutes par semaine.

Avancement d’un livrable

Il n’y a que 2 avancements qui soient sûrs: 0% (pas commencé) et 100% (terminé). Plusieurs techniques permettent d’évaluer l’avancement entre ces 2 valeurs.

Le suivi de l’avancement d’un livrable peut être fait par une saisie directe de l’avancement ou automatiquement selon 4 modes de calcul.

Chaque option a ses avantages et ses inconvénients. Le choix de l’option dépend du type de livrable et des préférences du chef de projet. Ce choix se fait dans le formulaire de chaque livrable. Dans la configuration du projet, le chef de projet peut choisir l’option par défaut de suivi d’avancement des livrables.

Saisie manuelle

Dans ce mode, le chef de projet saisit directement dans le rapport d’avancement le pourcentage d’avancement ou le reste à faire du livrable. (cf. formule entre reste à faire et avancement )

Options d’avancement automatique

Voici les 4 modes automatiques du calcul de l’avancement.

Reste à faire sur les tâches Quand cette option est choisie, toutes les tâches associées ont un reste à faire à renseigner au départ puis mis à jour automatiquement
% de tâches terminées % d’avancement = ratio du nombre de tâches terminées.
Ex: 4 tâches terminées sur 10 ⇒ 40% d’avancement
% de la charge consommée Ex: Une formation de 4 jours (donc 4 jours-hommes budgétés). 2 jours déjà effectués. L’avancement est de 50% = 2/4
% du délai écoulé Ex: La gestion de projet pour la phase d’étude qui dure 3 mois. A la fin du premier mois, l’avancement est de 33% = 1/3

Note: Le calcul automatique à partir des tâches exige que toutes les tâches rattachées au livrable soient créées en amont.

Quelques conseils

Conseil n°1: La simplicité

Dans le doute ou au départ, choisissez toujours l’option la plus simple: la saisie manuelle. Cela permet de garder le contrôle.

Conseil n°2: La bonne granularité

Choisissez la bonne granularité pour les livrables du projet.

Si les livrables sont trop gros, l’avancement risque d’être très approximatif. Dans ce cas, décomposez les livrables en sous- livrables.

Si les livrables sont trop petits, ce sera très lourd à gérer. Dans ce cas, il est possible de regrouper plusieurs livrables pour en faire un plus gros.

La bonne granularité des livrables est une affaire de compromis entre précision de l’avancement et charge de gestion.

Conseil n°3: Clore les livrables

Si un livrable est à 100% d’avancement, pensez à le clore en changeant son statut à Terminé. Ainsi vous vous assurez qu’il ne reste aucune tâche non terminée rattachée à ce livrable.

Conseil n°4: La régularité

Les saisies et le suivi de l’avancement doivent être faits au moins une fois par semaine.

Si cela n’est pas fait, cela signifie que les écarts ne sont pas surveillées, et donc que le projet est sans pilote. Que fait le chef de projet ?

Conseil n°5: Mixer les options

Voici une technique pour combiner les avantages de chaque option.

Pour un livrable, commencez par saisir manuellement l’avancement. C’est simple et ne requiert pas d’identifier immédiatement toutes les tâches et d’estimer leur reste à faire.

Puis lorsqu’on approche de la fin (par exemple à 70% d’avancement), basculez le livrable en mode «reste à faire sur les tâches. Saisissez le reste à faire au niveau des tâches restantes. A ce stade, l’identification des tâches restantes devrait être simple et la saisie des restes à faire moins lourde.

Avec cette technique, on combine la simplicité au début et la précision sans lourdeur excessive vers la fin.

Version 2.8

  • Nouvelles possibilités pour le calcul de l’avancement (reste à faire …).Cette nouvelle version introduit 3 nouvelles façon de suivre l’avancement des objectifs du projet (i.e. livrables).
    Les 4 options sont:

    • la saisie du pourcentage au niveau de l’objectif,
    • la saisie d’un reste à faire pour l’objectif (nouveau)
    • calcul de l’avancement à partir du % de tâches closes (nouveau)
    • calcul à partir du reste à faire au niveau des tâches (nouveau)

    Pour plus de détails, consulter le tutoriel sur le suivi de l’avancement.

  • NB: la saisie de l’avancement d’un objectif se fait maintenant directement dans le rapport d’avancement et non dans la fiche des objectifs.
    Pour cela, il suffit de cliquer sur la case dans le tableau pour saisir une valeur.
  • Nouveau graphique: le Burndown Chart.Le Burndown Chart permet de visualiser graphiquement le reste à faire pour le projet, une phase ou une étape (i.e. sprint). C’est l’outil de prédilection des méthodes Agiles (ex: SCRUM) pour suivre l’avancement.

    Burndown Chart (SCRUM)

    burndown chart

  • Ajout d’un rapport d’activité global au niveau du projet. Ce rapport est disponible dans le Tableau de Bord. Il permet au chef de projet de vérifier la bonne saisie des temps de son équipe en un coup d’oeil.

Rapport d’Activité de l’équipe pour le projet

burndown chart

Version 2.6

Cette version introduit le suivi de portefeuille de projets:

  • Suivi de portefeuille de projetsCréez un portefeuille puis ajoutez-y des projets pour obtenir une vue consolidée multi-projet avec un Plan de charge, un Gantt, un Rapport d’avancement et un diagramme des Jalons.

Plan de charge consolidé au niveau du portefeuille de projets

plan de charge consolidé au niveau du portefeuille de projetsRapport d’avancement consolidé au niveau du portefeuille de projets

rapport d'avancement consolidé au niveau du portefeuille de projets

Diagramme Temps-Temps ou Courbe à 45 degrés

Le diagramme temps-temps, ou courbe à 45°,  est indispensable lorsqu’il y a eu plusieurs versions du planning pour suivre les évolutions des dates des jalons.

En anglais, ce diagramme s’appelle le milestone slip chart.

diagramme temps-temp ou courbe à 45 degrés

Les éléments du diagramme

Chaque courbe représente les évolutions de la date d’un jalon au cours du temps.

La droite en rouge clair d’équation X=Y représente l’intersection entre la planification et le présent. C’est la droite à 45°. Elle marque la séparation entre le prévu (à gauche de la droite à 45°) et le réalisé (à droite).

Les droites en pointillés rappellent la planification de référence (baseline) des jalons.

Interprétation du diagramme

Dans notre exemple:

Le Jalon 1 correspond au cas idéal sans replanification ni retard, donne une simple droite.

Le Jalon 2 correspond au cas où il y a eu un retard de 15 jours (29 septembre au lieu du 14 septembre). La courbe glisse sur la droite à 45° jusqu’à la clôture du jalon.

Le Jalon 3 montre le cas où il y a eu une replanification (suite au retard sur le jalon 2)

Le Jalon 4 montre le cas de 2 replanifications successives à 2 mois d’intervalle.

Ce diagramme est automatiquement généré par le logiciel TimePerformance.