Le mythe des Valeurs Agiles

Souvent il est fait référence aux 4 valeurs agiles du Manifeste Agile. Mais cette expression « valeurs agiles » est bien mal venue. Elle freine la compréhension et l’adoption de l’approche agile en lui conférant un statut de dogme. Or l’Agilité est tout sauf un dogme.

« Valeurs Agiles » est un terme dangereux

Dire que l’Agilité repose sur des valeurs génère automatiquement des résistances lors de sa mise en oeuvre.

L’entreprise a ses valeurs. Les individus ont leurs valeurs. En positionnant l’Agilité sur le plan des valeurs, on déclare la guerre aux valeurs existantes, donc aux individus et à la culture des entreprises.

Or l’objectif de l’Agilité n’est pas de révolutionner la culture des entreprises, ni de changer les gens.

Le Manifeste Agile commence par « Nous découvrons comment mieux développer des logiciels par la pratique et en aidant les autres à le faire. ». Il est facile de mettre tout le monde d’accord sur cet objectif quelles que soient leurs valeurs…

Un problème de traduction

Dans la traduction officielle du manifeste, on utilise le verbe valoriser et non le mot valeur.

Ces expériences nous ont amenés à valoriser :

  • Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils
  • Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive
  • La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle
  • L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan

source: http://agilemanifesto.org/iso/fr/manifesto.html

On pourrait dire aussi donner plus d’importance à ceci plutôt que cela. Ce n’est pas une question de valeurs. C’est un choix de priorités.

Préceptes Agiles

Plutôt que de parler de « valeurs agiles », il vaudrait mieux dire les 4 préceptes agiles, c.-à-d. des « recommandations pratiques enseignées par l’expérience » (cf. Larousse).

Pour tous les « anciens développeurs » qui ont connu les méthodes et les processus lourds des années 90, les plannings de Gantt qui ne servent à rien, les spécifications incohérentes ou incomplètes, les projets au forfait qui tournent mal etc., les 4 pseudo-valeurs sont des recommandations pratiques issues des enseignements des erreurs du passé.

Et même si ce ne sont que de simples préceptes, ils s’opposent à la croyance dominante dans le monde de l’Entreprise. Cette croyance héritée du Taylorisme est que les méthodes et les processus seraient la clé de l’efficacité et de la réussite.

En s’opposant à cette croyance si largement admise, les préceptes agiles représentent un changement de paradigme. Ils sont donc déjà une mini-révolution.

En parlant de préceptes agiles plutôt que de valeurs, on redonne à l’Agilité sa nature d’approche pragmatique de recherche d’efficacité qui ne menace pas les valeurs de l’entreprise.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *