Souvent la technique de la Valeur Acquise (Earned Value Analysis ou EVA) est présentée comme une technique de gestion de projet parmi d’autres, alors que c’est LA Technique, et la seule, pour contrôler les coûts d’un projet.

Pourtant elle n’est que rarement pratiquée…

Une formation sur la gestion de programme a donné l’occasion de faire un petit sondage sur les usages de la technique de la valeur acquise. Sur les 9 chefs de projet expérimentés (>10 ans), 5 connaissaient la théorie et les formules (il y avait des PMP dans le groupe) mais aucun ne l’utilisait en pratique. Consternant, non ?

Ce sondage n’a pas une grande valeur statistique mais il révèle une triste réalité sur l’état de maturité de la gestion de projet dans notre pays et ailleurs.

Ce que dit le PMBoK

Dans le processus Contrôle des Coûts du PMBoK (§7.3), on ne trouve qu’une seule technique: l’analyse de la valeur acquise (Earned Value Analysis). Plusieurs pages lui sont consacrées, ce qui démontre son importance.

Le PMBoK donne un avertissement implicite en cas de non utilisation de la valeur acquise:

« Monitoring the expenditure of funds without regard to the value of work being accomplished [=Earned Value] for such expenditures has little value to the project […] »

Traduit rapidement cela donne:

« Suivre les dépenses sans porter attention à la valeur du travail accompli pour ces mêmes dépenses (i.e. la valeur acquise) n’apporte que peu de valeur au projet. »

Donc s’il n’y a pas de valeur acquise, il n’y a pas de contrôle des coûts. (Et dans ce cas, y-a-t’il vraiment une gestion de projet ?)

(PMBoK: Project Management Book of Knowledge du PMI)

La valeur acquise est-elle complexe ?

La théorie de la technique de la valeur acquise propose une dizaine de nouveaux indicateurs. C’est cette apparente complexité qui fait peur.

Pourtant la technique de la valeur acquise ne repose que sur 3 concepts fondamentaux: le budget, la dépense réelle et la valeur acquise. Comme les 2 premiers concepts sont déjà bien connus, cela n’en fait plus qu’un à découvrir.

Tous les autres indicateurs (CV, SC, SPI, CPI, EAC etc.) peuvent être facilement réinventés dès que le concept de la valeur acquise est bien compris. Leurs calculs sont très simples. Donc une recommandation est de ne pas chercher à apprendre par coeur les formules de ces indicateurs (au moins dans un premier temps).

En résumé, la théorie de la valeur acquise, c’est un seul nouveau concept à maîtriser.

Comment mettre en pratique la valeur acquise ?

Le calcul de la valeur acquise requiert simplement de connaître le budget et l’avancement des éléments constitutifs du projet. (Encore une fois, si on n’a pas ces informations, y-a-t’il vraiment une gestion de projet ?)

Sachant cela, il y a 2 écoles: la feuille de calcul (Excel, Calc…) ou le progiciel de gestion de projet. Les 2 approches sont valables puisque la valeur acquise est un indicateur macro.

La feuille de calcul a des vertus pédagogiques mais a aussi l’inconvénient de devoir développer soi-même les formules et trouver une solution pour l’alimenter automatiquement avec les données nécessaires.

Tous les progiciels de gestion de projet proposent la valeur acquise, y compris TimePerformance dont la vocation est de rendre l’utilisation de la technique de la valeur acquise la plus simple et la plus naturelle possible.

Autres articles de ce blog concernant la valeur acquise: Pourquoi la valeur acquise | Comprendre la valeur acquise en 4 images

 

 

 

Tagged with →  
Share →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>